Savage Tide d'Antoine

La Dame aux Araignées

Du journal d’Isom

Ô, pour s’étendre et dormir une seule minute ! Oublier cette journée interminable qui s’étire constamment dans l’horreur … La maladie appelée Slimy Doom porte bien son nom, et a bien failli emporter votre serviteur ! Nous avons réussi à guérir la Sorcière avec un traitement superficiel, mais la douleur n’était que trop visible dans ses yeux. Le traitement a été insuffisant pour ma pauvre personne et celle de la Métamorphe, et il fallut vider littéralement nos veines du poison maudit. Maudit soient les Drows et leur damné poison ! Qu’ils croupissent éternellement dans leurs immondes concoctions !

C’est donc saignés à blanc que nous reprîmes la route. Nous avons remonté l’infâme rivière de poison qui coulait du World Tree comme une infâme blessure. Une autre chute nous attendait plus haut, où l’odeur empoisonnée de la rivière était, ô combien étouffante ! Contrairement à notre habitude, nous réussîmes à grimper silencieusement la chute et à surprendre la cour de la Dame aux Araignées en plein ouvrage.

Une caverne tordue s’ouvrait devant nous, la rivière de poison se scindant en deux pour émerger de deux portails vers des plans étrangers. Le poison, importé de plans certainement abyssaux, était enrichi d’un mélange propre aux Drows, dont le simple toucher était suffisant pour flétrir la plante la plus robuste.

La Dame semblait diriger l’effort de maintien des portails, inconsciente de notre présence. Nous chargeâmes donc sur ses servants, profitant de l’effet de surprise. La Dame était cependant bien accompagnée, et je crois bien que nous lancèrent toutes nos maigres réserves dans sa direction, espérant une fin rapide au combat. Les servants piégèrent cependant le moine et le magelame dans une ombre impénétrable, et nous frappèrent sans répit avec leurs armes empoisonnées.

La Sorcière fit honneur à sa race et fit exploser un de ses elfe noir maudit, dans une explosion d’énergie arcane. Elle imposa aussi sa colère sur les servants, les affligeants d’une douleur insoutenable, qui eut probablement raison de la Dame aux Araignées. Je me dois aussi de rapporter l’apport immense de ses talents de téléportante, qui nous permirent d’éviter de traverser la rivière de poison. Le pauvre Kharas l’apprit à ses dépens ; à peine quelques secondes dans la soupe infecte de la rivière fut suffisant pour le mettre à genoux.

La Métamorphe, Farah aux milles visages, me surprit aussi. Elle força le propre suppliant de la Dame à l’attaquer sans relâche, lui faisant des lacérations empoisonnées. Elle élimina du combat deux des servants, les envoyant dans ce qu’elle appelle une déchirure de la réalité … Vaut mieux ne pas trop y penser. Elle ramena ensuite une de celle-ci au milieu de notre groupe, nous enjoignant de l’éliminer. Cela fut fait, avec une promptitude effrayante.

Le résultat est éloquent. Les infâmes créatures sont mortes ou mourantes. Nous sommes tous assis à reprendre notre souffle … sauf la Sorcière, qui a semble toujours avoir une vive colère dans les yeux. Elle agrippe en ce moment la gorge de la Dame, enjoignant à son âme même de répondre à ses questions. Je vois les courants arcanes autour d’elle, l’ombre impénétrable qui contrôle sa main … Ah, pour dormir une seule minute, et oublier, tout oublier …

Praeterit hos senior cunctisque e fratribus unum
Morphea, qui peragat Thaumantidos edita, Somnus
Eligit ; et rursus molli languore solutus
Deposuitque caput stratoque recondidit alto.

Le Sommeil, leur aîné, passe devant eux et, parmi tous les frères,
Il choisit le seul Morphée, pour obéir à la fille de Thaumas 1.
Puis, à nouveau en proie à une molle langueur, il laisse
Retomber sa tête et l’enfouit sous une épaisse couverture.2

Ah, je vois l’âme de la Dame réapparaître en criant et en donnant des coups de pieds inutiles, refusant de revenir dans son pauvre corps brisé. Une autre entrevue macabre avec une damnée, grâce à des forces qu’il serait préférable de ne pas nommer. J’en aurais froid dans le dos si je n’était si épuisé. Autant finir ici; je sens le regard inquisiteur de la Sorcière sur nous tous.

Tremblez, fidèles lecteurs, devant la roue qui tourne autour de nous ! Quels immondes secrets oubliés apprendrons nous de cette âme perdue ? Où les forces aveugles du Destin nous précipiterons ensuite ?

Isom K.V.II

1 La fille de Thaumas le merveilleux est Iris, la bien-aimée messagère des dieux dont le passage de l’Olympe jusqu’au monde terrestre est à l’origine des arcs-en-ciel.
2 Métamorphoses, Ovide, écrit entre 1 et 10 ap. J.-C.

Comments

Antoineql drstupid

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.