Savage Tide d'Antoine

À l’intérieur de Wat Dagon

Au sommet d’une ziggurat de pierre trônait Nolunga, un olman corrompu que Demogorgon avait élevé en tant que grand prêtre de sa perfide organisation. À ses côtés, deux colosses, des golems d’adamantine. Le temple dans lequel se trouvait la ziggurat était couvert de glyphes, pour moi des gribouillis incompréhensibles. Devant Nolonga, nous pouvions apercevoir un miroir qui semblait scintiller par lui-même. À sa gauche, une marre de ce qui semblait à première vue être de l’eau et à sa droite, un feu constamment nourri nous permettait d’entrevoir la scène.

Dominé brièvement par Nolunga, j’agrippai bientôt mon marteau et me dirigeai vers la ziggurat au pas de course. Un simple mot de pouvoir activa alors la magie du pendentif de Bin A’kin à mon cou. Mes pas semblèrent alors plus vifs et les marches de la ziggurat devant moi m’apparaissaient alors tel un simple voile que je n’avais qu’à repousser du revers de la main afin de me retrouver à l’intérieur de la structure.

Bientôt, j’émergeai des pierres du sommet de la ziggurat au côté de Nolunga en lui assénant un puissant coup de marteau; la bataille était maintenant engagée. Dès lors, les glyphes autour de nous commencèrent à produire des sphères élementales que Nolunga semblait contrôler pour nous attaquer. Feu, éclairs et énergie nécrotique pleuvaient alors sur nous.

À mes pieds les héros de Sasserine engagèrent les colosses qui se trouvaient sur les marches de la ziggurat. Dominé par Farah, un des colosses se joignit à nos efforts contre le second golem, qui devint bientôt un amas d’adamantine tordu sur les marches de la ziggurat. À distance, Hallya réussit à prendre le contrôle des glyphes et fut en mesure de rediriger les sphères vers Nolunga, pour qui le combat au nom de son maître allait bientôt se terminer.

En passant la pièce au peigne fin, nous fûmes en mesure de constater que le miroir était davantage que ce qu’il apparaissait être. En regardant à travers ce dernier, les illusions qui dissimulaient la vraie nature des objets disparaissaient. Ainsi, nous fûmes en mesure d’apercevoir une trappe au fond de la marre au sommet de la ziggurat. Après nous être assurés que la trappe n’était pas piégée, nous y entrèrent.

L’eau se trouvant dans la marre se déversa alors entièrement dans une caverne naturelle. Au sol, des ossements de créatures diverses gisaient. Une fois arrivés au sol, des runes traitant de folie libératrice et du Prince démoniaque couvrant des arches supportant le plafond de la caverne nous apprîmes que nous nous trouvions toujours dans un sanctuaire de notre ennemi.

Derrière le coude d’un tunnel, des sons semblant provenir de plusieurs voix nous parvinrent alors. Après avoir bu un élixir d’invisibilité, Gunrak avança dans le tunnel et y vit 9 forsakens dans un cercle de prières. Les forsakens se trouvant entre nous et notre objectif de la Master Pearl, nous n’avions d’autres choix que de les engager. Grâce à son élixir, Gunrak fut en mesure de se positionner avantageusement au centre de ces derniers; le carnage fut alors complet.

View
À l’assault de Wat Dagon

Nous sommes poursuivis par une partie de l’armée de Demogorgon et cette dernière est poursuivie par les Éladrins. Selon les estimations de plusieurs de mes camarades, ils vont arriver avant que l’on ait terminé le rituel nous permettant de regagner nos pouvoirs quotidiens. Personnellement j’en doutais mais de toute façon, il était hors de question d’entrer dans Wat Dagon sans ces pouvoirs. Nous savions qu’il restait 3 barils qui font BOUM à bord de la Sea Wyvern, nous avons demandé à son capitaine de bien vouloir jeter un baril afin de diviser les troupes au sol. Nous avons eu l’effet escompter mais ce ne fut pas suffisant, un second baril fut jeter sur les troupes, ils sont maintenant bien étendu et confus mais ce ne sera pas suffisant. Nous avons demandé à Bogromar s’il pouvait nous donner un coup de main en envoyant des ordres contradictoires à ces troupes. La réponse fut assez rapide car il avait déjà demandé de changer le commandant de cette troupe ce qui a créer une véritable confusion. Le tout nous donnait un sérieux coup de main mais pas autant que celui qui vient. La future dominatrice du plan a demander elle aussi un coup de main à Malcanthet et après avoir de poser les mains sur le sol, le plan s’est étirer, un kilomètre supplémentaire nous séparait désormais des troupes qui nous poursuivaient ce qui nous a permis d’être en pleine forme avant d’entrer dans Wat Dagon mais cela nous a permis aussi d’avoir des informations sur ce qui nous attandait rendu à l’intérieur (3 assassins, 1 oracle, 1 Death Knight et 1 général). Au niveau des 3 assassins, il y aurait 1 soldat vampire, 1 succube tacticienne et 1 voleur qui s’amuse à devenir invisible.

Le trio d’assassin nous attendait et surtout nous connaissait, il avait eu comme contrat de nous tuer et ce depuis un petit bout de temps mais étant donner nos nombreux déplacements ce fut quelque peu difficile de nous atteindre surtout que c’était beaucoup plus simple de nous attendre patiemment ici car nous y étions destiné. Après s’être présenté avec respect le combat pouvait commencer. Il y avait seulement un hic, nous pouvions percevoir très facilement le vampire et la succube mais aucune trace du voleur, ce n’était pas une grande surprise mais nous aurions bien voulu nous présenter à lui malgré tout. Une belle grande salle apparaissait devant nous avec une grande statue de Demogorgon ornait l’entré et au sol 4 glyphs dont on ignorait leur effets. Notre nain a commencer à taquiner le vampire mais ce fut de courte durer car la succube ayant de nombreux pouvoir dont celui apparemment de faire dormir les nains ou plutôt de les rendre inconscient. Ce fut régler, les range devait attaquer la succube, rien de mieux que deux filles pour s’occuper d’une autre fille. Après que l’on se soit tous positionner, une grille tombe derrière nous et enferme Isom derrière nous avec le voleur qui venait tout juste d’apparaitre mais ce fut de courte durer, Isom s’est transformer en gaz pour nous revenir entier du bon côté de la grille non sans blessure. Une surprise de taille attendait ce voleur, une poignée de poussière scintillante est venu se coller sur lui l’empêchant de devenir invisible à nouveau. Je pense qu’il m’en a voulu et qu’il va continuer à m’en vouloir pour ça… Le premier glyph a être activer est celui activer par la warlock par la succube qui a en fait goûter à sa propre médecine. Le glyph rend justement les personnes inconscientes. La succube a finit par succomber à au charme arc-en-ciel de la warlock et le vampire a subit plusieurs coup de ma part et de mes compagnons. Le voleur fut très peu présent lors du combat qui a été assez rapide, il a essayé temps bien que mal de se cacher malgré la poussière qui le faisait scintiller. Il a finit par comprendre que son heure était venu et il a finit par se rendre avec comme promesse de quitter le plan et de ne plus y revenir avant un bon bout de temps…

View
La ruche d'Urbala

Je tends l’oreille, mais je n’entends rien. Ou plutôt, j’en entends trop. Il y a l’odeur de la mer, proche, de la jungle de Gaping Maw, et le rouge vermeil de tout le sang versé. Et il y a la pulsation, qui bat sous ma peau comme un métronome syncopé. Un tambour affolé, apeuré.

La peur est certainement visible dans les yeux de mes camarades. Le rituel affine mes sens, me rapproche de la trame arcane véritable du plan. Je Le sens qui approche, affolé, déchiré entre la chute certaine de Lemoriax, et la destruction de son maître plan. Je sens les présences froides de Dagon et du Passeur, près de la berge. Deux titans, qui se mesurent dans un silence assourdissant … Tant de puissance accumulée dans un point aussi dense … Je me perds momentanément, observant le nœud arcane de ces deux singularités, comme penché sur un des puits d’Ahazu.

Maître, ô maître ! Êtes-vous le roi ou le pion dans cette bataille ?


Quelques minutes plus tôt, nous avancions vers la tour d’Urbala, à proximité du temple interdit de Wat Dagon. Un escadron de créatures est alors sorti de la tour pour nous assaillir : Des géants de cristal et de lumière, une volée de vrocs et des créatures difformes et tentaculaires appréciées du Dieu-Démon.

La Métamorphe force la réalité autour d’elle à se transformer, détruisant la structure interne d’un des géant de cristal, qui tombe en une poussière éthérée. La Sorcière fonce au milieu de l’attroupement, brûlant les créatures d’une aura rosée de corruption, mais essuyant en même temps des tourbillons de coups provenant des géants. Le Githzerai termine le combat avec un cri guttural et un trait magistral de sa lame qui tranche l’un des cristal en deux pièces.


Nous avons ensuite hésité entre pénétrer immédiatement dans Wat Dagon, et sortir Urbala de sa tour. Afin d’éviter d’être pris à revers une fois à l’intérieur du demi-plan de Wat Dagon, nous avons décidé d’assaillir la tour et d’éliminer Urbala.

La tour vrombit d’une vibration inquiétante, et nous découvrons rapidement qu’elle fourmille de créatures insectoïdes. Je les reconnais comme étant des Swordwings, des aberrations de l’Underdark. À l’arrière se tient un immense démon gras et boursouflé, détonnant parmi les corps sveltes des insectes. Comment un tel monstre a-t-il pu devenir ce qui semble être la reine de ces créatures ? Il sait pourquoi nous sommes ici, et nous savons pourquoi il est là ; Toute discussion est inutile et le combat s’engage immédiatement.

Nous croulons rapidement sous le nombre des insectes, qui volent au-dessus de la mêlée et plongent sur nous en balançant leur aile acérée. Sur un cri de Kharas, la Sorcière téléporte celui-ci dans la porte de la tour. Kharas lance son marteau et une vague d’électricité cours sur les murs de la tour. Quatre ennemis s’effondrent instantanément. Le Défenseur Éternel est en position ! Il bloque l’entrée de la tour de son corps massif et de son bouclier à l’effigie de la grande Famille des Skullcrushers.

Les insectes restant entre dans une frénésie encouragée par l’odeur du sang versé et par les injonctions d’Urbala. Ils plongent sur le nain qui bloque leurs attaques avec difficulté. Le grand Urbala entre alors en action, et commande le pauvre Kharas à se mettre à genou d’un retentissant : “À genoux, servant!” Kharas lance un cri de rage et se voit forcé de se prosterner devant le monstre. L’écho de la voie du démon rappelle la voix d’Orcus dans son ossuaire, ce qui suffit à ramollir mes propres genoux.

Deux insectes plus gros laissent leurs marques sur nous, une marque de mort, qui attire les coups et ouvre les blessures. La Métamorphe nous avertit en même temps qu’il y a sur le sol deux glyphes que je reconnais immédiatement : D’autres glyphes de mort ! Nous sommes coincés : Nous ne pouvons pas approcher sans activer ces glyphes. Instinctivement, je touche mon visage tuméfié, où les brûlures d’un glyphe précédent sont toujours visibles.

Kharas frappe Urbala, qui se téléporte immédiatement derrière la protection des glyphes, et réplique du même coup de deux magistrales attaques de son immense épée. Kharas accuse les coups en grognant. Face à notre désespoir, Farah prend le contrôle d’un des monstres restant et lui demande de désactiver l’un des glyphes. Le monstre échoue et le glyphe lui explose au visage. La Métamorphe réplique avec son image, la matérialisant devant le nez d’Urbala et faisant exploser le deuxième glyphe sous les pieds du démon, qui est brûlé par la puissance de la rune.

Obarlan entre en fureur, et se téléporte auprès de Farah. Il balance son épée sur la pauvre Métamoprhe sans défense qui tombe sous les coups répétés. Le nain charge sur le démon furieux et accuse lui aussi une pluie de coups. Urbala devient un tourbillon de lames et Kharas tombe dans un gargouillis. Je vois brièvement son âme palpiter à proximité du corps désarticulé, jusqu’à ce que Fruward lui enfourne une potion dans la bouche et qu’il reprenne bruyamment son souffle.

Nous épuisons nos dernières réserves sur l’immonde capitaine du Dieu-Démon. Nos forces s’amoindrissent rapidement, et nous nous battons alors avec l’énergie du désespoir. Les forces du Démons ne fléchissent pas, jusqu’à ce qu’il finisse par tomber dans un amas de chairs tuméfiées.

C’est alors que nous pûmes reprendre notre souffle. Et regarder le temple de Wat Dagon comme un piège infranchissable. Si c’est ce que peut faire un petit capitaine, quelles sont nos chances ?
______________________________

Le rituel se poursuit, faisant battre le temps autour de moi.

La cacophonie de la bataille de Gaping Maw fait écho dans mes sens exacerbés. Je vois la Sorcière grimacer en même temps que moi. J’oublie qu’elle aussi a un poids immense à supporter, entre la marque de Malcanthet et sa propre préparation pour la tâche qui l’attend. Je vois les lignes arcanes qui se concentrent autour d’elle, d’elle et de la Métamorphe. Et de moi aussi. Emmêlés dans le tissu magique qui nous entoure. Je me rappelle Iggwilv et la maudite flasque, Iggwilv capable de naviguer entre les lignes arcanes comme un poisson nage entre deux eaux. Iggwilv, moins humaine que créature magique, plus proche du démoniaque que la plupart des démons eux-mêmes …

Et Kharas, brave Kharas ! Notre fier nain affiche une mine sombre. Nous avons sentit les coups en même temps que lui, vu la force titanesque déployée par le simple capitaine Urbala. Et aussi, le Githzerai et mon compagnon d’infortune Fruward restent sous le choc. Leur silence et impassibilité impénétrable est un ombrage à leur volubilité habituelle. Le Githzerai n’essaie plus d’égayer l’humeur du groupe, et le seigneur Fruward ne me regarde plus avec un oeil inquiet.

Notre groupe attend, dans un silence de plomb, que le rituel se termine. Comme en attente du châtiment qui nous attend.

Et moi ? À un moment on entre dans un domaine au-delà la peur, où tout ce qui reste à faire est d’attendre l’inévitabilité du temps. La pelote de fils du destin se démêle si rapidement dans mes mains tremblantes. Ce sera bientôt fini ; je pourrai bientôt dormir.

Et ce, je l’espère, pour l’éternité.

So you were born and that was a good day,
Someday you’ll die and that is a shame,
But somewhere in the between is a life of which we all dream,
And nothing and no one will ever take that away,
And someday soon my friends this ride will come to an end,
But we can’t just get in line again. 1


J’entends vaguement la capitaine de la Sea Wyvern nous avertir que quelque chose de gros, un bataillon complet, s’en vient vers le temple à une vitesse phénoménale. La Sorcière contacte Céleste, pour la forme, mais celle-ci dit que ce ne peut pas être elle, qui est encore trop loin.

Pour la forme, car nous savons tous qui approche.

- Isom K.V.II

1 Streetlight Manifesto, Somewhere in the Between (2007).

View
Et que tombe les barrières

« Encore une fois, nous allions nous rapprocher de Demogorgon, notre but ultime. La zone de protection magique limitant le passage des armées de notre coalition autour de Lemoriax devait tomber pour nous permettre d’assiéger la capitale. La zone de protection autour de la ville et de ses environs n’étaient pas faite de pierres, de bois ou de métaux : elle était composée d’énergie magique soutenue par la volonté du Prince lui-même. Pour l’affaiblir, nous devions nous en approcher suffisamment pour laisser nos incantateurs l’analyser et distraire le Prince pour que son attention se tourne ailleurs.

Afin de nous préparer à l’approche de Lemoriax, notre capitaine Isom consulta un oracle alors que la Sea Wyvern avait pris son envol, survolant une armée composée de morts-vivants et de mercenaires battant le pavillon d’Orcus. L’oracle nous indiqua que Bogromar entendait tenir sa parole en n’interférant pas dans le combat qui allait se dérouler. De plus, Bogromar était au moment même en combat singulier avec Tedradyan. Notre étrange alliance avec le général de Demogorgon semblait se concrétiser. Nous apprîmes aussi que Lemoriax était protégée par la garde rapprochée de Demogorgon, pas moins de 15 000 démons baelor. De plus, l’oracle nous indiqua que l’apparition d’un vieil ennemi pourrait faire vaciller l’attention de Demogorgon suffisamment pour réduire l’importante zone de protection autour de la capitale et que, lorsque la zone allait tomber, les généraux et leurs troupes avaient reçu l’ordre de revenir vers Wat Dagon pour assurer sa protection. Cet ordre nous confirma sans aucun doute que la Master Pearl ne pouvait que se trouver dans l’ancien temple.

Armés de ces informations, Isom décida de consulter un autre oracle alors que nous étions affairés à communiquer avec les capitaines de notre coalition. Du second oracle, nous apprîmes que le capitaine Urbala, un démon hezrou, soldat d’élite des armés de Demogorgon, était assigné à la défense de Wat Dagon. Par contre, même l’oracle n’avait pas accès à l’intérieur des murs de Wat Dagon. Nous allions devoir découvrir les secrets de la Master Pearl par nous-mêmes.

J’organisai alors mes capitaines. Gwynharwyf allait converger sur Lemoriax, Céleste, sur Wat Dagon, à nos côtés. J’attitrai Charon à l’attaque de Wat Dagon par la mer. Immédiatement, le Passeur nous informa qu’il avait décelé que Wat Dagon n’était qu’un leurre; le véritable emplacement de la Master Pearl était un plan extradimensionnel accessible via le temple ancien. De plus, le Passeur allait nous protéger d’un allié de Demogorgon extrêmement puissant qui rodait devant Wat Dagon : Dagon lui-même. Pour l’instant, le Passeur et le Prince des Profondeurs s’observaient : mes vieux os tremblaient déjà à l’idée du combat qui allait se dérouler entre ses titans marins.

Sur le pont de la Sea Wyvern en direction de Lemoriax, nous fûmes visités par le Grand Prêtre d’Orcus monté sur une Dracolich, un ancien dragon noir d’une puissance inimaginable tué par des héros des temps anciens qui avaient porté le coup final à Kyuss le Dieu des Vers. Paresseusement, le dragon se posa sur un des mats latéraux de la Sea Wyvern. Nous indiquâmes au prêtre que la zone autour de Lemoriax allait bientôt faillir. Il en informa télépathiquement l’armée qui grouillait sous notre navire en nous garantissant un passage sans heurts à travers son armée vers Lemoriax. Pendant cette discussion, Hallya étudia les signes arcanes entourant la dite zone de protection. Cette dernière était encore très puissante, mais Hallya pu ressentir la peur de Demogorgon. Le paranoïaque Prince démoniaque à Deux Têtes sentait ses anciens ennemis. Il avait raison. Obox-ob allait bientôt sévir dans sa capitale.

Lors de notre sortie de la Sea Wyvern par l’entremise de cordes lancées par-dessus bord, l’armée d’Orcus se sépara autour de nous, une haie d’honneur macabre vers la zone de protection qu’ils ne pouvaient franchir. La dite zone de protection ne pouvait par contre empêcher un petit groupe d’individus de se rapprocher de Lemoriax : l’attention de Demogorgon sur sa capitale était à ce moment trop faible pour lui permettre de se concentrer à ce point. Notre approche, dissimulés dans le marécage entourant la ville, se fit donc sans heurts. Arrivés à quelques kilomètres de la ville, nous attaquâmes une caravane de marchands se dirigeant en toute hâte vers Lemoriax et nous déguisâmes afin de ressembler à ces derniers. Agrippant la charrette qui leur servait à transporter leur matériel, j’entamai alors la marche qui allait nous mener aux portes de Lemoriax, les autres héros de Sasserine dissimulés dans la bâche derrière moi.

Arrivés près des murs et à l’entrée de la file interminable de démons qui désirait gagner accès à la capitale, nous relâchâmes le monstre. Obox-Ob était finalement libre de causer tout le carnage que des milliers d’années d’emprisonnement lui avaient inspiré. Obox-Ob détruisit immédiatement une partie de la muraille entourant Lemoriax et y entra. Quelques secondes après la chute de la muraille, la zone de protection autour de Lemoriax diminua visiblement en intensité. De plusieurs kilomètres autour du marécage initialement, la zone couvrait maintenant à peine les murailles de la ville. Nous sentîmes alors le sol vibrer : les morts-vivants d’Orcus étaient en marche, plusieurs dizaines de milliers de pas se dirigeaient vers nous. Comme d’habitude, la Sea Wyvern vint à notre rescousse. Nos bottes en sécurité sur son pont supérieur, nous nous dirigeâmes alors vers Wat Dagon, laissant l’assaut de la capitale à nos alliés.

Sur le pont de la Sea Wyvern, nous n’étions par contre pas seuls. Notre vieille alliée, Iggwilv, s’y trouvait aussi, et elle venait quérir son paiement, la flasque de Tuerny. Bien qu’Hallya ait vaillamment tenté d’argumenter avec la magicienne, cette dernière était beaucoup trop puissante pour que nous nous opposions à sa volonté. De plus, les termes auxquels elle faisait référence avaient été préalablement acceptés; la flasque fut remise à Iggwilv, mais pas avant d’obtenir son assurance qu’elle serait présente avec la flasque dans la salle du trône pour protéger Hallya à la suite de la chute de Demogorgon si jamais un autre démon tentait de prendre la place du Prince des Démons déchu. Iggwilv était bien trop habile pour dissimuler ses pensées réelles; nous ne pûmes confirmer ses dires, mais la flasque avait déjà changé de mains. En nous soufflant un baiser, Iggwilv disparut alors.

« Ennemis, ennemis devant!! » fut la prochaine parole prononcée par un des héros de Sasserine. Les cloches appelant les marins aux positions de combats sonnèrent. Devant la menace, nous envoyâmes plutôt les marins sur les ponts inférieurs; les héros de Sasserine et la capitaine du Sea Wyvern seuls pouvaient faire face aux créatures volantes se dirigeant vers nous, la première ligne de défense de Wat Dagon. Hallya et Farah firent résonner nos balistes magiques. Des explosions au loin nous indiquâmes que les attaques avaient touché leurs cibles : plusieurs créatures volantes tombaient maintenant vers une mort certaine. Les plus habiles des créatures nous arrivèrent par contre; des humanoïdes ailés – certains des anges déchus, d’autres des Forsaken, habiles à cibler et éliminer une créature à la foi, fusèrent de toutes parts. Sous nos coups répétés, la première vague mourût prestement. Une deuxième vague ne permit pas non plus à nos ennemis de ralentir notre avance : Wat Dagon se dressait maintenant devant nous.

View
Terre et Air

Terre et Air….

D’après ce que l’on a appris, personne ne s’en sort sans nous; alors les prochains sur notre liste des personnes à sauver sont les Éladrins. Il faut cette fois les aider à planter un des glands magique qui va permettre de faire pousser un arbre…bon personnellement un arbre de plus ou de moins ça ne change pas grand-chose mais bon, il doit bien faire quelque chose de spécial se gland. Il faut trouver un temple qui serait près de la côté seulement voilà, trouver ce fichu temple a pris 3Hr à vol de bateau et il y a une armée gigantesque qui est entrain de converger vers ce qui me semble être le temple. Apparemment le bateau ne passe pas inaperçu puisque l’on reçoit des tirs de ce qui semble être un genre de batterie anti aérienne. Il n’y a pas 36 façons de se rendre sur place, on va devoir sauter du bateau car le bateau ne peut nous y déposer.

Enfin après 3Hr d’attente on se lance en bas… Durant notre descente, on c’est fait tirer dessus, surtout moi, il semblerait que j’aie l’air d’une menace, on m’a même immobilisé mais grâce au nombreux talent incroyable d’Isom, c’est plutôt Fruward qui s’est ramasser à être immobiliser, pauvre Fruward, mais quel bon souffre douleur. Durant notre longue descente, j’ai été en mesure de voir que dans la cour du temple, il ne restait plus d’Éladrin vivant dans la cour mais il y avait plusieurs démon debout et des drows, cependant la chapelle semble barricadé de l’intérieur, j’espère qu’il y en a qui ont survécu.

On arrive à libérer l’extérieur et nous nous frayons un chemin vers l’intérieur de la meilleure façon que nous pouvons, téléportation, phasing, etc. Fruward est maintenant seul à l’extérieur avec la warlock. Le nain s’en donne a cœur joie à l’intérieur tandis qu’il ne reste plus qu’un Éladrin gisant sur le sol presque mort, un autre qui est vivant et un dernier à l’allure plus aguerrit qui est debout et qui semble très heureux de nous voir. À l’intérieur plusieurs bibittes, des drows cachés dans l’ombre et des démons. Cela nous prend un peu de temps pour vider la salle car des renforts venant de l’intérieur avait été appelé dès notre arriver et davantage de troupe rentre dans la chapelle de façon successive. Tous se sont mis ensemble pour aider à faire pousser l’arbre de la vie qui se tenait vers l’arrière. Un arbre gigantesque s’est mis à pousser et des troupes d’Éladrin ont rapidement pris le control de la chapelle et de la cour intérieur car cet arbre était en fait un portal.

Il reste un problème de taille à régler, Gwynharwyf nous a envoyé un message pour nous dire que ses troupes ne peuvent plus avancer, elles sont bloquées par le Bloodlord qui sillonne le ciel et qui détruit tout sur son passage. Une espèce de gros dragon flanqué de plaque de métal partout et avec des tentacules sur le dos.

La façon la plus rapide que nous avons trouvé pour s’y rendre est de traverser les portails que nous avons créé pour gère cette attaque. Nous passons deux portails qui était un en face de l’autre et nous profitons en plein milieu pour ramasser un baril d’alcool, malheureusement c’était du vin, une chance que nous avons la choppe de Moradin qui nous donne un breuvage sublime a base de houblon à volonté.

Rendu à destination, nous pouvons voir la tente de commandement qui est brûlé et voyons un tourbillon au loin où les démons volaient à 5 pieds à la ronde de la tornade. C’était Gwynharwyf qui ne pouvait plus avancer. Après un briefing plutôt rapide, elle nous explique qu’elle a tout de même réussi à engager le Bloodlord et qu’elle a réussi à enlever quelque plaque mais que des tentacules en sortaient. Elle nous confie des herbes du Feywild que nous allons devoir enfoncer dans la chaire de ce dragon après avoir éliminé les tentacules pour le faire descendre, nous en recevons 5 alors que 3 vont suffire selon elle.
Wow, ce dragon vole à une vitesse incroyable et la seule façon d’arriver sur son dos est de sauter dessus. Le bateau servira donc d’appât et nous allons donc nous cacher dans un nuage et sauter sur le dragon dès qu’il sera au dessus de nous. Seul Fruward n’a pas réussi et finira par nous rejoindre plus tard.

Ce fut rapide a détruire, j’y ai pris un plaisir fous à monter un dragon dans les air, seul petit hic lors de la destruction de la 2e et 3e tentacules les plaques au alentour se refermait et cachant ainsi la chaire exposer nous empêchant d’y enfoncer les herbes, nous avons du détruire les muscles encore exposer avant que les plaques se referme totalement. Puis, une idée me vient à l’esprit. Il me reste encore quelque fiole d’eau de Célestia, j’ai donc décider de m’en servir pour détruire ce qui restait avant d’y enfoncer ou demander à ceux qui était encore proche d’y enfoncer la leur. Après avoir détruit un tentacule, il était furieux et pour essayer de ce débarrasser de nous, il tournoyais sur lui-même ce qui a fait en sorte que les autres devaient ce plaquer au sol et bien s’agripper a une plaque pour ne pas être éjecter.

J’ai eu les sens suffisamment aiguiser pour avertir mes compagnons lorsque c’était pour arriver. Après avoir détruite 3 tentacules, le dragon effectua un atterrissage forcer et se matérialisa en une espèce de grosse masse de sang gélatineux avec plein de yeux, une apparition sortie tout droit des pires cauchemars de mortels qui fut détruite à la grande surprise de Gwynharwyf qui était plus que ravit que nous avions tuer cette créature.

Problème de Gwynharwyf réglé

View
Le Totem d'Arandragos

L’énergie incroyable dans mes veines ! Mon âme transpercée par les lignes arcanes pures de la plus sublime créature des Abysses ! Il m’en faut plus, il …

Non, non.

Pas maintenant. Le grand’prêtre d’Orcus est devant nous et parle de sa voix douceâtre à Kharas. Le géant mort-vivant et le nain géant, face à face, discutant en stratèges émérites. Autour d’eux, la tempête de Gaping Maw fait rage : L’ouragan marin, la tête intelligente et peut-être la colère froide de Dagon, Zuggtmoy ou Lolth … la tempête de la jungle, de la tête folle et de la rage d’Obox-Ob … Un tel tableau, tournant dans ma tête avec le vin elfique et la bière naine. Oh !

Non, non.

Le grand’prêtre me regarde. Un bref coup d’oeil inquisiteur et accusateur. Kharas explique la situation. Si j’ai bien compris, la situation est la suivante :

  • Le grand’prêtre veux que nous nous occupions de Tetrodian, le chef de la Légion de Démos.
  • Il s’agit de la plus grande armée de Demogorgon sur Gaping Maw, et elle est en marche vers Lemoriax et le siège qu’Orcus tente de monter.
  • Le grand’prêtre peut nous amener à Tetradian sans être découvert, en utilisant des créatures des ombres.
  • Il espère que la mort de Tetradian mettra le chaos dans la Légion de Démos, alors que les leaders se battront pour savoir qui devra la diriger.
  • Mais nous savons que le général Bogromar devrait nous aider et s’attaquer à Tetradian afin de prendre sa place en tant que favori de Demogorgon. Nous cachons ce détail au grand’prêtre d’Orcus.
  • Mais nous savons que Tetradian est déjà trop fou … la Légion est vraisemenblablement déjà dirigée par le lieutenant de Tetradian. Si ce dernier disparaissait, peut-être que la Légion serait en fait plus unie … Le chemin à suivre n’est pas clair.
  • Le grand’prêtre affirme qu’Orcus ne va qu’assiéger Lémoriax. C’est à nous de s’occuper de Demogorgon lui-même. Il cache évidemment qu’Orcus veut le trône du dieu-démon pour lui-même.

À cela s’ajoute nos autres tâches urgentes pour supporter l’assaut. Soit :

  • Céleste nous a contacté pour dire qu’un des général éladrin est coincé derrière les lignes enemies. Elle a besoin de nous pour planter un arbre magique près de lui afin de monter un cercle de fées et de permettre au général et à ses troupes de se téléporter en sécurité. Ce général connait tous les détails de notre plan : Sa capture pourrait être très néfaste pour nous.
  • Gwenardiff a finalement besoin d’aide afin de combattre la créature reforgée de Demogorgon qui fait pleuvoir feu et destruction sur les éladrins. Pour le moment, la créature n’a fait que retarder Gwenardiff et son armée, donc la situation n’est pas encore urgente.
Ooooh … Ma tête tourne, tourne, tourne comme l’oeil de l’ouragan. Le grand’prêtre Quah-Nomag, servant d’Orcus et seigneur de ses armées, semble avoir terminé sa diatribe. Un autre coup d’oeil confus sur moi, et il redescend de la colline du Totem. Nous devons repartir.

Je n’ai pas terminé le rituel, j’ai toujours soif. Soif pour la sève-mère, le plus pur sang arcane du Monstre Bicéphale Lui-Même. Je ne crois pas que j’aurai le temps de finir. Hélas ! Comment est-ce que nous nous sommes trouvé dans une situation si précaire ? Manque de temps, manque de courage, manque de vin.

“All the things you try to hide,”
“Will be revealed on the other side.” 1


Ça a commencé après l’explosion du canon. Nous discutions comment nous pourrions arriver au portail bloqué d’Orcus le plus vite possible. Kharas a fait remarquer que le bateau, la Sea Wyvern serait beaucoup plus rapide que n’importe quel autre moyen. Il a donc demandé à Iggwilv d’agrandir le portail afin de faire passer le bateau.

Nous sommes retournés sur Celestia, merveilleuse Celestia ! Un bref instant de paix, pour rencontrer notre équipage sur le bateau. Un parfait garde-à-vous de l’équipage, qui doit faire chaud au coeur de notre premier maître, le brave Kharas. La capitaine est cavalièrement appuyée sur le gouvernail, et nous demande dans quel endroit de fou on prévoit aller. Judicieuse question.

La bateau se soulève, et se faufile dans le portail élargi, quittant la paix éternelle de Celestia pour la tempête permanente de Gaping Maw. Le bateau accuse le choc, et l’équipage ramène vivement les voiles. La Sea Wyvern monte en craquant vers les nuages d’acide et de poison. Je passe d’un marin à l’autre, pour leur accorder la protection des éléments. Mais ces mêmes éléments font quand même leur oeuvre sur le bateau lui-même : Les voiles sont rapidement déchirées par les vents et les cordages sont dévorés par les acides. Mais le bateau tient, sur ma prière et la merveilleuse expertise de notre équipage.

Si haut dans les nuages … on oublie rapidement que nous nous trouvons dans l’endroit le plus dangereux du multivers. Je profite d’un répit pour descendre dans la cale et faire le plein de bonne bière naine. Ah oui, il me reste une bouteille dans mon sac. Excusez-moi une seconde.

“And you know that I’ll survive very time you call”
“Just to thank you one more time for everything you’ve done”
“Alcohol.”
“What is crawling up my spine.”
“Alcohol.”
“Just to thank you one more time.” 2


En remontant de la cale, j’ai entendu le Githzerai crier qu’il y avait quelque chose en approche. Je m’accrochai sur la rembarde du bateau et tentai de dissiper les brumes éthyliques de mon esprit. Une barge ? Une espèce de plateforme volante approchait la Sea Wyvern de l’arrière, à peine visible entre les nuages autour de nous.

Le courageux Kharas profita que la plateforme soit à portée pour se transposer avec la présumée leader de l’assaut. Un monstre obèse, possiblement femelle, horriblement fardée d’un maquillage clownesque se tient alors, surprise, à l’arrière de la Sea Wyvern. Nous nous sommes immédiatement mis en position afin de protéger la capitaine.

La Sorcière s’est téléportée aussi sur la barge. Une soudaine explosion arcane rosée; la foule de démons s’est désagrégée en pièces qui tombent lentement comme des feuilles mortes dans les nuages. Le nain en a rajouté, frappant un golem de feu et de roche, entouré de chaînes. Le coup a propulsé le démon criant dans le vide, ses chaînes claquant autour de lui, comme des fouets.

Un démon survivant a alors frappé la Sorcière, incitant son âme à répliquer sur son allié. Hallyah est impitoyable et un éclair d’énergie arcane a fait explosé l’un d’entre nous, heureusement seulement l’image de Farah.

La barge est rapidement vidée et Kharas en reprend le contrôle pour la ramener auprès de la Sea Wyvern.

Pendant ce temps, le monstre clownesque près de la capitaine a attaqué, forçant le Githzerai à des auto-mutilations atroces et infligeant une peur atroce à Fruward, le pauvre Fruward ! Qui s’est jetté par-dessus bord. Fruward tourbillant dans les nuages de Gaping Maw.

Kharas a ensuite accosté violemment contre la Sea Wyvern et sauté par-dessus le plat-bord. Il a frappé d’un coup preste le démon-clown qui lui a retourné un oeil barbouillé et aguicheur. Il a répliqué immédiatement contre la capitaine, qui a lâché un cri de douleur. La Sorcière en ensuite attaché la barge à la Sea Wyvern et a terminé nonchalamment la clown d’un rayon destructeur. Son corps est tombé dans les Abysses … tourbillant avec Fruward dans les brumes acides et empoisonnées.

Nous avons ensuite fouillé l’ouragan autour de nous. Fruward a pu rejoindre une des potions lui permettant de voler et nous l’avons retrouvé, flottant parmi les nuages. Il semblait visiblement choqué, ou tourmenté, je ne saurais dire. Qui es-tu Fruward ? Pourquoi descends-tu dans les Abysses ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?


Le reste du vol a été presque tranquille. Nous sommes descendus vers l’endroit le plus susceptible de contenir l’élément bloquant le portail d’Orcus. Comme si nous ne pouvions pas le sentir à des milles de distance ! Une pulsation sourde dans la trame même de Gaping Maw, comme d’énormes coups de tambour. Enfin, peut-être est-ce seulement pour moi … un battement seulement pour moi, un murmure dans mon oreille, dans mon coeur, dans mon âme …

Non, non.

C’est le rituel, le si puissant rituel. Je sens mon âme se dissoudre, fondre dans le chaos élémental de Gaping Maw, fusionner avec son Immonde Créateur … Je dois arrêter … Il ne m’ont pas dit d’arrêter. Je dois continuer, oui. Où en étais-je ?

Kharas et le Gitzherai ont sorti un énorme baril du fond de la cale. Le baril brillait d’une lueur étrange, céleste. Ils se frottent les mains en riant, le plaçant délicatement sur la catapulte au-devant du bateau. “Big boom” qu’ils disent. La capitaine dit qu’elle a ramassé ça à Sigil, au vieux temple de Kord. Elle dit qu’il s’agit probablement d’une vieille relique de la Dawn War.

La guerre de l’aube, où les fondateurs des abysses ont combattus contre les dieux eux-mêmes. Peut-être que ces barils ont été manipulés par les Wind Dukes of Aaqa eux-mêmes … Je n’ai pu m’empêcher d’y toucher, de caresser la surface du baril. Un vestige de Kord et de Celestia. J’ai croisé le regard de Moradin hier. Où est ma bouteille ?

Enfin, de retour au récit. Nous nous approchions du lieu … Un immense totem se dressait sur le sommet d’une colinne au milieu d’un énorme marécage acide. Le totem fait facilement 40 pieds de haut, et les marécages autour semblent grouiller de créatures abyssales.

Kharas a détaché la barge et vole à quelques distance de la Sea Wyvern, accompagné de Fruward. La corde de la catapulte se tend, et le baril est lancé vers le totem : Il le manque de peu, mais réussit quand même à raser un coin du marécage grouillant de créatures immondes. Kharas fonce peu après directement dans le totem avec la barge. Le totem retentit comme une grosse caisse dans l’air humide du marécage, et dans les lignes arcanes de mon âme.

Des mages morts-vivants accompagnés de guardiens protègent le totem. Kharas les a frappé sans merci, appuyé par la métamorphe. Mais toutes les blessures infligées se sont vues réapparaître sur lui-même. Rapidement, le nain baigne dans le sang nauséabond de ses ennemis et dans son propre sang vermeil.

Fruward s’est ensuite approché du totem et essaie de le désactiver en manipulant les énergies arcanes qui l’habitent. C’est un échec : Le totem a explosé, nous téléportant à des endroits différents. Nous avons alors compris que le totem fonctionne en créant une aura de divergences aléatoires pour la téléportation autour de lui.

Nous avons ensuite continué d’essayer de désactiver le totem, tandis que Kharas le prenait à bras le corps pour le sortir de son ancre dans le plan. Je voyais tout, excusez-moi mes camarades. Je voyais tout, le flot des énergies arcanes, la forme de l’ancre dans les profondeurs, même la créature qui se terrait dans les profondeurs. Je n’ai pas pu réagir, paralysé par les énergies devant moi.

Ladite créature, créateure du totem. Arandragos, fruit des unions défendue entre Demogorgon et Malcanthet. Détestée par ses deux parents, et par toutes les créatures douées de la moinde once bon sens. Une tête acide, une tête enflammée, une tête électrique. Et un million de tentacules.

Le dragon tentaculaire Arandragos nous a donc attaqué, alors que nous finissions de sortir le totem du marécage de Gaping Maw. Hallyah et Farah redoublent d’effort et finissent pas désactiver l’immense totem tandis que Kharas, Fruward, le Githzerai et moi-même affrontions le monstre.

Nous étourdissons les têtes une après l’autre, tandis qu’Hallyah et Farah dansent, dansent ! Tout en lançant des éclairs sur la créature. Arandragos enrage, et le monde autour de lui bouillonne, se désagrège, alors que le chaos élémental de Gaping Maw est libéré dans l’air ambiant. Je vois le monde lui-même se dissoudre autour de moi, lorsqu’Hallyah termine la créature d’un éclair roseâtre. Il s’effondre dans un cri étourdissant.

Arandragos mort devant nos pieds ! Y aura-t-il une chanson d’écrite maintenant sur Kharas, Hallyah, Farah et Fruward ? Et pour Isom, pauvre Isom, gisant face la première dans les marécages devant le monstre. Je me suis levé alors, le visage couvert de boue, pour composer une premier refrain en l’honneur de cet événement unique.

Enfin, pas tout à fait unique. Arandragos revient toujours. Hallyah dit qu’il reviendra à moins qu’un immortel, dieu ou démon, mette son pied à terre et prévienne son retour. Or, nous connaissons une créature qui en a fait son travail, sa destinée. Nous sortons la craie d’Ahazu et envoyons ensuite Arandragos dans la prison éternelle des Wells of Darkness.


Voilà où nous en sommes. Mon groupe discute de la marche à suivre. Le grand’prêtre Quah-Nomag est remonté sur sa monture dracoliche et est reparti à l’assaut de Lemoriax. Je continue, hagard, à canaliser le rituel. Je vois Fruward devant moi qui me parle, mais je ne l’entends pas. Je ne l’entends pas, oh non.

Non, non.

Dans ma minuscule tête damnée, j’entends Sa Voix. Est-ce que Vous m’entendez ? J’ai aidé à la destruction d’Arandragos, mais je l’ai mis hors de portée d’Orcus, allant jusqu’à l’héberger chez Ahazu, son ennemi mortel et Votre très humble allié. Ai-je bien fait ? Êtes-Vous satisfait de mon travail ?

Oh, oh.

Je sens … je sens la perle maîtresse. Une odeur vague de poisson pourri, une sensation de noirceur, d’un poids immense, l’odeur de Dagon peut-être ? Ah, je vois que nous ne pouvons y aller pour le moment. Trop de forces s’y trouvent encore. Bientôt, par contre. Les forces sont en mouvement, la roue du Destin tourne inexorablement.

Je sens … je sens Fruward. Pauvre Fruward ! Qu’allons-nous devenir, toi et moi ? Que peut-on encore faire ? Je t’avais promis que je ne laisserais pas ton âme dans les Abysses, hélas ! Le monde tourne, tourne, tourne. Ma vision revient, et je revois Fruward devant moi, et je l’entends me supplier de me reposer. Oh Fruward …

“I should just go home.”
“I do not believe you anymore.”
“You’ve been lying to me for way too long.” 3


1 Streetlight Manifesto, interprétation de la chanson ‘Hell’ du groupe Squirrel Nut Zippers (2010).
2 Gogol Bordello, Alcohol (2007).
3 Jon Lajoie, Song for the Students (2012).

View
L'assaut de la plage de Gaping Maw

Une vague d’humidité étouffante, et l’odeur fauve de la jungle. L’odeur du feu, du sang, et de la peur. Son Odeur à Lui, peut-être ?

Le portail créé par Iggwilv vacille et tremblote encore, mais sa destination ne laisse aucun doute pour Isom. Après tout ce temps passé à voyager dans les Abysses, il reconnait les différences subtiles marquant chacun des plans : Le froid métallique des Wells of Darkness, la pourriture grouillante de Zyonin, le souffre desséché de Pazunia. Et bien sûr, la jungle inimitable de Gaping Maw, le plan du maître bicéphale des Abysses.

Un bataillon de nain s’engouffre dans le portail et est immédiatement taillé en pièces par l’artillerie démoniaque. Le feu, le sang et la peur. Isom reste imperturbable, assommé par l’habitude de l’horreur, et un bon litre de vieux vin elfique circulant dans ses veines.

“Au travail, compagnons !”

Kharas s’est déjà engouffré dans le portail à la suite de ses frères, attirant le feu ennemi sur le bouclier rutilant des Skullcrushers. La Sorcière entre à son tour, suivie du vaillant Githzerai, de la métamorphe, et du courageux Fruward. Et finalement d’Isom.

Le portail, ancré dans une instabilité sur le plan de Gaping Maw, est sous le tir d’un énorme canon, de deux catapultes ancrées sur le haut des falaises et de multiples ballistes magiques. Des mines cachées dans le terrain explosent et enveloppent les combattant d’une aura de feu.

Kharas est déjà au bord de la première tranchée, en corps à corps avec un énorme singe avec deux gueules aux crocs acérés et maniant une gigantesque hache. Le Githzerai s’est déjà débarrassé de l’autre singe monstrueux, le décapitant d’un coup expert de lame mortelle. Derrière le parapet de la tranchée, des orcs à peau de démon lance des traits magiques vers les compagnons d’Isom.

Le barde ne peut que s’arrêter quelques secondes, fasciné par le spectacle. L’énergie arcane émanant de toute chose est difficile à saisir. Des traits se dessinent violemment entre les créatures et le monde qui les entoure, comme pris par une tempête invisible. L’aura nécrotique autour des singes, qui emplit l’air de vibrations nauséabondes. Les orcs-démons, qui tombent en lançant des flèches d’énergie de toutes parts, transperçant ses ennemis et énergisant ses amis. Les lignes d’énergie pures partant des ballistes magiques. Les émanations arcanes se dégageant du choc des projectiles des catapultes. Et le feu innaturel du canon, qui ronge les cratères d’impact comme une maladie.

Isom flotte doucement au-dessus de la première tranchée, maintenant vidée de ses combattants. Kharas, l’écume au lèvres, couvert de son propre sang vermeil et du sang noirâtre de ses ennemis enjoint les compagnons des Abysses à prendre d’assaut la deuxième tranchée. Isom fonce à sa suite, découvrant derrière le parapet des artilleurs démoniaques, ainsi qu’un énorme scarabée horriblement déformé par l’atmosphère de Gapin Maw. La peur le prend à la gorge, mais il reste sur place et enjoint les combattants à poursuivre l’attaque. La lame haute levée, il entame un hymne au même rythme que son coeur, adjoignant ses alliés à continuer.

Les nains ont déjà pris le contrôle de la première tranchée derrière les héros. Ils ont déjà reprise le contrôle des pièces magiques laissées par les orcs et lancent des traits d’énergie vers les forces démoniaques. Le Githzerai dirige leur tir vers une des catapulte, qui explose dans un torrent d’éclairs avant de glisser et de s’effondrer dans le fond de la vallée.

La deuxième tranchée est rapidement vidée lorsque des démons morts-vivants émergent de l’énorme bunker abritant le canon. Une trappe s’ouvre sur le dessus de celui-ci, et un démon géant en émerge et saute sur Kharas en battant le sol de son énorme massue. Les héros se concentrent sur le géant, alors que Fruward s’occupe des squelettes. La naine Pella vient les rejoindre dans leur assaut, maniant expertement les balistes abandonnées. Le barde pince la corde arcane du destin, forçant le démon de fautes en erreurs, et encourageant ses amis au combat. La métamorphe renchérit, transformant Kharas et le Githzerai en des tourbillons de violence pure.

Le Githzerai, plein d’une rage insoumise, achève le démon géant qui s’effondre dans un torrent de sang, de pus et de bile. Mais le canon, lui, rougeoie encore. Isom flotte doucement vers la trappe laissée ouverte par le géant pendant qu’Hallyah démolit d’un trait roseâtre la catapulte restante.

Dans le bunker, Isom découvre, à sa grande stupeur, un chaudron bouillonnant de lave mi-arcane mi-nécrotique. Isom somme aux servants du canon de fuir : Ceux-ci délaissent le chaudron, mais se tournent vers le barde lui-même. La métamorphe, manipulant les supports arcanes du chaudron, le force dans un état instable. Celui-ci explose, incinérant Isom et Fruward dans un bain de flammes ardentes. Les héros se retirent jusqu’à la deuxième tranchée, certains que le chaudron explosera d’une seconde à l’autre.

À couvert dans la tranchée, Isom profite du repos pour tirer l’énergie arcane du plan lui-même dans son corps et ceux de ses compagnons. La force immense de Gaping Maw, et de son maître, consommée comme une vulgaire nourriture. Les héros se sentent rapidement reposés, revigorifiés, et même un peu enragés, par l’énergie arcane ainsi absorbée.


Le rituel terminé, Pella perd patience et commande aux nains de lancer des charges incendiaires vers le bunker. Quelques coups rebondissent à sa surface, sans plus d’effet. Et puis un coup tombe à l’intérieur et déstabilise le chaudron. Celui explose violemment, faisant rouler une vague de feu sur le champ de bataille, transformant les cadavres déjà à moitié putréfiés en cendres rougeoyantes. Isom jette un coup d’oeil vers l’endroit où le bunker se tenait. Il ne reste plus qu’un cratère fumant, de près de 50 pieds de profondeur.


Les héros reprennent leur paquetage lorsque Kharas leur fait signe d’attendire. Iggwilv leur signale que le portail d’Orcus a été déstabilisé. Une des armées d’Orcus a pu entrer dans Lemoriax, la capitale du dieu-démon, mais les autres armées sont bloquées à l’extérieur. Orcus est en furie et crie à la traîtrise : Les héros doivent donc réagir.

Le Githzerai renchérit, quelques minutes plus tard : Céleste a des problèmes. Les éladrins font face à une ancienne créature, détruite en des Âges passés par Démogorgon lui-même. Il semble que le maître de Gaping Maw ait reforgé ce monstre, semant la pagaille dans les rangs des éladrins. L’attaque de Céleste sera donc en retard.


Isom finit d’une lampée la bouteille de vin elfique. Le groupe a reprit sont vol, en direction de la capitale maudite des Abysses. Il lance la bouteille vide au-dessus de la jungle démente de Gaping Maw, murmurant à part lui :

“What a dreary world we live in, gentlemen.” 1

La bouteille disparaît sans un bruit dans la broussaille de la jungle.

1 Nikolai Gogol, 1835, How the two Ivans quarrelled.

View
Le calme avant la tempête
Extrait du journal personnel de Kharas Skullcrusher

Sur les planches solides du pont de la Sea Wyvern naviguant la mer astrale, je réfléchis longuement à la situation dans laquelle le «destin» d’Hallya, si on pouvait l’appeler ainsi, nous plaçait.

Ainsi, nous devions maintenant aider l’eladrin à remplacer Demogorgon lorsque notre assaut sur Gaping Maw allait connaître le succès attendu. Comment condamner un être à un tel sort? Les combats incessants qui allaient l’attendre dans les Abysses pourraient certainement la détruire. Allait-elle être assez forte pour imposer sa volonté aux créatures des Abysses et, plus important encore, aux Abysses, ces royaumes maléfiques qui avaient une « vie » qui leur était propre?

Comme toujours, j’allais trouver mes réponses auprès de Moradin. Afin de retourner Justice Edge, l’épée Holy Avenger d’un puissant champion du Père des Nains, nous naviguions alors vers le Hall du Grand Forgeron. Il ne pouvait y avoir un endroit plus propice pour le repos final de Justice Edge.

À notre arrivée, nous fûmes accueillis par Melan Darkstone, aux soins de qui l’épée Justice Edge fut remise. Cette dernière allait être exposée dans le Grand Hall de Moradin, un honneur exceptionnel pour son porteur s’il en est un.

J’exposai alors ma proposition à Hallya : cette dernière devait signer un rituel rare, remis par Melan Darkstone à cet effet. Ce rituel allait garantir que, si elle prenait la place de Demogorgon suite à chute, elle s’engageait à ne pas diriger les forces des Abysses contre le plan matériel. En effet, l’imposante armée de Demogorgon pouvait être retournée contre les démons; en créant une guerre interne visant l’expansion de son royaume, Hallya pouvait garantir la paix au plan matériel pour des centaines d’années, sinon des millénaires. Si Hallya ne respectait pas cet engagement, elle allait immédiatement être emprisonnée dans mon marteau, que je pourrais ensuite détruire à ma guise. En échange, Hallya bénéficiait de mon service pour l’éternité afin de la garder contre ses ennemis. J’étais prêt, comme elle, à faire ce sacrifice afin d’assurer une paix pour laquelle nous et plusieurs autres avant nous nous étions battus si longtemps. Bien que cette mesure puisse sembler extrême, ce que nous connaissions d’Hallya allait être transformé à jamais dès qu’elle allait prendre la place de Demogorgon. Entrée dans le combat en tant qu’eladrin, elle allait en ressortir en tant que Demon Lord, et aux paroles d’un démon, nul ne peut se fier.

De façon surprenante, l’eladrin accepta et signa le rituel tel que proposé, scellant ainsi mon destin au sien. Afin d’officialiser le rituel, nous le rencontrâmes alors. Comme il se doit, devant sa grande forge. Nul besoin de coucher sur papiers mes impressions et sentiments sur ma rencontre avec Moradin. Chaque instant, chaque image, chaque parole sont gravés dans ma mémoire, mon être, pour l’éternité. Le Grand Forgeron accepta la garde du rituel et bénit mon marteau, qui devint entre ses mains un puissant artéfact.

Maintenant, la préparation de notre assaut sur Gaping Maw nous attendait. Un rituel de clairvoyance nous permit d’apprendre que la plage devant notre portal d’entrée était fortement protégée; un champ de mines explosives, un canon dominant le champ de bataille, une tranchée remplie d’archers et d’arbalétriers avec des munitions magiques – rien pour faire reculer les héros de Sasserine et les troupes naines de Pella Stormshield qui allaient entreprendre l’assaut à nos côtés. Nous apprîmes aussi que les troupes d’Orcus allaient tomber dans un guet-apens à leur arrivée sur Gaping Maw. Cette information fut transmise au Demon Lord par Isom, qui cajola Orcus en mentionnant le courage extrême de celui qui allait mener ses troupes à l’abattoir tout en s’assurant de bien transmettre l’information relativement au guet-apens avec ce subterfuge.

Bien serrer les courroies de mon armure. Entendre les fortes respirations des nains à mes côtés. Agripper mon marteau et mon bouclier afin d’en tester le poids. Éponger la sueur perlant à mon front. Ajuster mon casque. Entendre les paroles d’un commandant nain, dans ce cas-ci, Pella Stormshield fouetter ses troupes. Certains redoutent le combat. À ce moment, alors que nous nous attendions devant le portal qui allait nous mener vers Gaping Maw, je n’ai pas vu un nain qui n’affichait pas un sourire, même ceux qui allaient certes mourir lors de la première vague de l’assaut du champ de mines. Lorsque la cause est juste, les nains partent au combat la tête haute, le cœur léger et un sourire aux lèvres. Voilà ce qui représente notre peuple. Est-ce les eladrins de Gwynhardif et Céleste avaient le même visage? Les démons de Quag-Nomah le Skull King? Charon?

Le portail s’ouvrit. L’assaut sur Gaping Maw débutait.

View
La sombre révélation
Extrait du journal personnel de Kharas Skullcrusher

« Le crane désincarné de Flame et les trois fanatiques Dragonborn devant nous, nous joignîmes le combat, de retour dans la pièce principale qui nous avait mené vers les espaces dimensionnels dans lesquels nous avions combattu les itérations précédentes du dragon. Ce dernier fut attaqué de toutes parts; criblé de rafales d’énergies de la part d’Hallya et croulant sous les coups de mon marteau et de ceux de ses propres sbires Dragonborn, marionnettes de la psion aux milles visages, Flame s’éteignit finalement – nous l’espérions, cette fois-ci, pour une dernière fois. Le dernier Dragonborn à le joindre mentionna « Dark Lady » avec ses derniers murmures. Qui était cette Dark Lady?

C’est, nous l’espérions, ce qu’une communication avec son esprit allait nous révéler. Nous apprîmes que la Dark Lady était considérée comme une déesse par les Dragonborn et Flame et que cette dernière allait les sauver par son ascension. Nous apprîmes aussi que la troisième victime du trio de Dragonborn était un Paladin de Bahamut, un soldat exceptionnel qui allait se joindre à notre combat final contre Demogorgon. De plus, l’esprit du fanatique nous indiqua qu’après l’embuscade qu’ils nous tendaient, ces derniers devaient continuer à dévier des âmes vers Gaping Maw.

Par contre, la Dark Lady demeurait mystérieuse. De sa race, nous apprîmes seulement qu’elle était « belle et terrible ». La Dark Lady, selon le fanatique, était aussi connue sous les appellations de « Lumière et Ombre » et « la Reine des Profondeurs ». En dernier lieu, nous questionnâmes l’esprit du fanatique sur la signification des scènes peintes sur les murs et les piliers de la salle dans laquelle nous nous trouvions. Dans ces dernières, deux créatures féminines semblaient en entourer une autre, féminine; une de ces créatures semblait être en train de s’unir avec la créature centrale. La scène pouvait difficilement être plus grotesque et terrible à mes yeux. De ces trois créatures, le fanatique identifia la Dark Lady, le « meneur » et le « réceptacle » – une scène décrivant une ascension, celle de la Dark Lady. En questionnant le fanatique sur l’ascension, nous apprîmes que l’événement allait amener la stabilité dans les Abysses et unir le Mal – une perspective peu souhaitable.

L’esprit du fanatique ne pouvant nous en apprendre davantage, Isom, Hallya et la psion aux milles visages étudièrent les scènes dépeintes sur les murs et piliers. La Dark Lady ne pouvait être associée à un Demon Lord connu. Sur un autre pilier, des symboles familiers nous éclairèrent davantage : l’union de symboles représentant un clair de lune, une rose et un symbole utilisé par les Drows et les Aboleths. La rose représente Malcanthet, la reine des Succubes. Le symbole des Drows et des Aboleths représente les profondeurs. Le symbole du clair de lune représente les eladrins.

Fermant les yeux, Hallya entra alors en communication avec Malcanthet par l’entremise de son tatou. Après quelques secondes seulement, l’eladrin revint à elle. Pendant un bref instant, un masque de terreur avait remplacé son visage habituellement stoïque. C’est alors que le combat me revint à l’esprit. Aucun des Dragonborn ou Flame n’avaient attaqué Hallya. La Dark Lady de la prophétie, leur déesse, c’était Hallya. Malcanthet le lui avait dit, et c’est pourquoi elle avait affiché ce visage terrorisé l’espace d’un battement de cœur.

Agrippant mon marteau, j’attendis. Si elle nous mentait alors, je n’aurais eu d’autres choix que d’engager le combat; nous ne pouvions aller plus loin avec un allié qui nous utilisait pour avancer sa propre cause et qui visait un tel destin. Par contre, j’avais toujours imaginé cette avenue; lorsque la couronne de Demogorgon allait tomber de sa tête, une autre tête allait être couronnée. Telle était la voie des Abysses.

À ma surprise, Hallya nous parla candidement de sa conversation intérieure avec Malcanthet. Elle nous indiqua que Malcanthet allait l’épauler pour qu’elle soit couronnée et que l’échéance de « l’ascension » devrait être déterminée par Hallya elle-même. J’offris à Hallya de réfléchir à sa décision. Si elle allait de l’avant, elle allait ultimement devenir un Demon Lord, prisonnière des Abysses jusqu’à ce qu’un autre prétendant fasse tomber la couronne de sa tête. Si elle refusait, la scène que nous vivions allait devoir se reproduire; d’autres héros allaient fouler le sol des Abysses et détrôner le prochain Demogorgon. Hallya, si elle portait la couronne, allait pouvoir tourner le pouvoir des Abysses contre lui-même; en créant une guerre interne pour accroître son royaume au sein des Abysses, elle allait épargner le plan matériel des démons pendant des générations. De notre groupe de héros, nous allions pouvoir informer les représentants de nos races de son sacrifice et éviter d’engager les Démons portant son étendard en combat. Une « paix », achetée à grand prix.
Nous attendons alors la réponse de l’eladrin.

View
Les 4 phylactères

Après avoir détruit une partie du bateau de ceux qui ont tenté de nous tendre une embuscade, nous avons essayé de trouver le moyen de détruire le cristal qui faisait dévier les âmes de ceux qui avait le malheur de croiser ce cristal. Malheureusement personne ne savait comment détruire ce foutu cristal, on a beau lancer dessus un rocher de dimension colossal, le cristal n’a pas eu une seule égratignure, même les plus sages ne pouvait nous aider sur le sujet et n’avais jamais vue pareil phénomène. Néanmoins, les connaissances arcanes de mes compagnons ont tout de même permis de faire dévier les âmes du cristal mais seulement pour quelque heures.

Je commence vraiment à croire que ce cristal vient d’un futur ou d’un passé très lointain. Nous avons donc décidé de suivre le flux rouge qui en coulait. Ce flux d’une couleur rouge tirant vers le noir nous a mené vers des structures façonnées par des créatures très peu recommandable entourer d’une jungle. Il semblerait que ça serait le domaine de Tiamat et de Zehïr, personnage que l’on connait très peu mais qui selon moi nous connaissaient très bien et qui veulent nous mettre des bâtons dans les roues comme la plupart de ceux que l’on croise ces derniers temps.

Nous avons approché ces structures, dans la première pièce ce trouve rien de bien palpitant mis a part plusieurs couloir qui converge vers où nous sommes et un grand portal dans le fond de la pièce. Ce portal semblant tout à fait anodin jusqu’à ce que je m’approche de lui et qu’il change de couleur pour adopter la couleur doré, couleur correspondant à mon âme ainsi que plusieurs de mes camarades. Puis, on le vit virer au vert, nous n’avons pas eu à nous demander pourquoi bien bien longtemps, la couleur verdâtre devenait de plus en plus intense et nous vîmes arriver plus d’une douzaine de créatures. La plus grande surprise n’était pas les cobras ou les yuan ti mais bien Tyralandi qui a traverser le portal juste avant le décès de la dernière créature restante et ce avec un message.

Elle hérita d’une claque magistral du nain car elle est apparue sous la forme d’une naine. Son message qui était écrite de sa main lui demandant d’arriver à ce jour et à cette heure bien précise avec un message qui disait de tirer sur la plogue. Ce message était très obscure pour le moment surtout que le message lui a été donné il y a des décennies de cela, à l’époque le nain n’était qu’un enfant qui ne pensait qu’à se battre et boire de la bière. Bon ok ça n’a pas beaucoup changé mais bon…

Après avoir traversé le portal, une surprise nous attendait. 6 sphères se promener autour d’un point centrale qui était l’épée avenger tant connu… Après une brève déduction, nous avons déduit que cette épée nous mènerait vers les endroits dans le passé où les phylactères sont cacher et qui permettrait probablement de rétablir l’équilibre.

Le barde empoignant l’épée à ressenti qu’en se concentrant, il y avait 4 mots de pouvoir qui correspondait à des sphères bien précise et qui nous mènerait à l’endroit où les phylactères ont été caché. Le premier phylactère à été un dragon d’un âge assez avancé que nous avons détruit. A notre grande surprise dès que le dragon fut détruit, nous avons changé automatiquement d’endroit pour ce dirigé vers le second phylactère. Celui-ci expliqua le parchemin que nous a remis Tyralandi un peu plus tôt car cette dernière était présente dans une salle, enchaîner dans le fond de ce qui ressemble quelque peu à un bol où régnais au sol plusieurs symboles arcane avec des chiffres donc une tonne de combinaisons possible. Le message reçu plus tôt fut d’une très grande aide. À peine le nain débuta par arracher les chaînes qui retenaient Tyralandi que le dragon similaire au premier réapparu. Cette fois-ci ce n’était pas le phylactère mais plutôt un gros cristal qui se cachait sous Tyralandi. Les différentes combinaisons au sol ne servaient apparemment qu’à user notre patience et nos pouvoirs. Nous avons remis un message similaire au premier à Tyralandi qui contrairement à notre rencontre précédente ne nous avais jamais vue de sa vie.

Le troisième endroit visiter était sur deux niveau où un dragon squelettique ressemblant au deux précédents se trouvait et ce, entourer par plus d’une douzaine de créatures. Je tentai bien sûr de tuer le dragon et même après avoir trouvé une faille à son cous, le coup qui aurait due lui être quasi fatidique ne lui fit aucune égratignure et pourtant c’était un coup digne d’un maître, il y avait une magie quelconque qui nous empêchais de le détruire. Les stalagmites qui étaient réparti uniformément sur les deux niveaux étaient en fait le phylactère recherché, il fallait donc les détruire si l’on voulait pour tuer le dragon. En peu de temps, nous avons réussi à en détruire plusieurs mais à notre grande surprise, ceux qui ont été détruit dans la passés sont réapparu, plus fragile qu’auparavant mais tout de même, il fallait se synchroniser et concentrer nos efforts pour tous les détruite dans un délai très court. Ce que nous avons réussi à faire mais toute ces aventures ont usées moi-même ainsi que mes camarades et il reste probablement le pire à venir.

Nous allons apprendre assez vite qu’elle sera la dernière salle qui risque également de nous ramener vers notre présent…. (À suivre)

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.